La voix, organe sous influence 8: Les traitements hormonaux

L’hypothyroïdie, se marque vocalement par un œdème du bord libre des cordes vocales. La voix est aggravée, la masse cordale augmentée. Un rééquilibrage hormonal peut se faire par injection ou prise d’hormones thyroïdiennes (substitution thérapeutique).
La thérapie d’une pilosité exagérée chez certaines jeunes femmes à partir de médicaments à action anti-androgénique provoque là encore un œdème marqué du bord libre des cordes vocales, un abaissement de la voix et une modification du timbre.

L’hyperpilosité pathologique, l’hirsutisme traités par des médicaments à action anti-gonadotrope et progestative diminuent l’effet des androgènes au niveau des organes cibles. La thérapie de certaines formes d’endométriose ou de cancers du sein par des androgènes peut conduire à une virilisation irréversible de la voix.

• Certains porteurs de cancers prostatiques ou testiculaires soignés par castration chimique éprouvent des modifications souvent irréversibles de la voix.
• La prise de stéroïdes anabolisants chez les sportifs à haut niveau sont aussi responsables de modifications du timbre de la voix. La prise fréquente et régulière de corticoïdes en cas d’asthme, de bronchite chronique conduit à une altération du bord libre des cordes vocales, quelquefois à une surinfection mycosique avec amoncellement de sécrétions glaireuses collantes sur les lèvres vocales.
• Le traitement du lupus par des anti- malariques (Plaquenil) là encore est responsable de modifications irréversibles de la voix (effet médicamenteux, effet articulatoire du lupus?)

Conclusions

Pour chanter, le chanteur, par apprentissage, doit automatiser sa production vocale grâce à:

• L’utilisation de son corps dans une morpho-anatomie prédéterminée
• L’utilisation de son cerveau
• Sa mémoire vibratoire
• Sa mémoire gestuelle
• L’influence de son mental
• Son «bain» hormonal
• Son milieu socio-culturel

Une certitude toutefois se dessine au fur et à mesure qu’avancent les recherches.

• Durant les phases menstruelles, la variation des taux hormonaux circulants est en relation directe avec la chimie cérébrale(axe hypothalamus-hypophysaire) et les neuro-transmetteurs.
• Les neuro-transmetteurs se voient donner un rôle essentiel de par leurs actions sur notre psychisme.
• Notre conduite mentale (behaviour) est influencée par notre système immunitaire et l’hormone adréno-corticotrope,
les béta-endorphines (opiacés corporels internes), la thymosin hormone-like (synthétisée dans le thymus) sont des immuno-transmetteurs qui, s’ils sont sécrétés en moins grande quantité, influencent la qualité de notre voix.
• Si nous sommes prédisposés au stress, à une fatigue anormale, à des problèmes hormonaux, à une trop grande prise de poids ou au contraire à une perte de poids: les neuro-transmetteurs (sérotonine, dopamine) voient leur production diminuer ou se modifier. Il s’ensuit des problèmes vocaux.

Article Das APCS bulletin

Publicités