Chaine du Musicien

Le musicien Huey Lewis, maladie de Ménière

Le musicien Huey Lewis, maladie de Ménière

Le chanteur et musicien Huey Lewis vient d’annuler tous ses concerts car il souffre d’un problème auditif entrant dans le cadre d’une maladie de Ménière.
Il vient de révéler qu’il a perdu soudainement la majeure partie de son audition il y a deux mois environ.
Les premiers examens réalisés sont en faveur d’une maladie de Ménière.
Huey Lewis, âgé de 67 ans, qui a connu de grands succès dans les années 1980, précise que s’il peut encore entendre un peu, il n’entend pas assez bien pour chanter.
Cette maladie a également touché d’autres musiciens comme Ryan Adams et Kristin Chenoweth.

Le musicien Paul Jansen, maladie de Ménière

Le musicien Paul Jansen est également affecté par une maladie de Ménière. Jansen a subi un grave traumatisme au niveau du cou durant l’enfance, ce qui est connu pour être un facteur favorisant l’émergence d’une maladie de Ménière à l’âge adulte.
La maladie survient par crises, aussi Paul Jansen a eu des périodes où la maladie était contenue.
Dans une interview accordée au site Westworld le musicien confie la fatigue qui l’étreint dans ces périodes de crises. C’est, explique-t-il, l’effet des messages contradictoires que reçoit votre cerveau et votre corps tout au long de la journée. « L’un vous dit que vous êtes en train de bouger, l’autre que vous êtes immobile », le nerf qui est responsable de transmettre les informations pour le maintien de votre équilibre transmet des informations erronées. Par exemple ajoute-t-il, si je me trouvais en train de marcher dans une pièce et que quelqu’un éteignait soudainement les lumières, dans le noir, je tomberai immédiatement, parce qu’on perd le sens positionnel. Vous devez marcher droit alors que vous avez l’impression que le plancher bouge. Et cela toute la journée. C’est comme un exercice isométrique réalisé toute la journée, prenez un crayon et tenez-le en permanence en équilibre sans le laisser tomber. »
Il explique combien cette fatigue, cet épuisement permanent pénalisait sa pratique musicale. « Ma chose préférée au monde est de jouer de la musique en live, mais j’appréhendais tellement les concerts parce que je savais à quel point je serais fatigué ensuite. Mes oreilles sonnaient sans que je sache pourquoi… Je me disais : c’est ce que je préfère faire, mais c’est aussi la chose la plus terrible au monde à faire. Et j’ai pris cette décision : Je ne peux pas faire, je n’en ai ni l’énergie, ni la force ».

Le songwriter Sivu, maladie de Ménière

Le musicien Sivu est aussi atteint d’une maladie de Ménière et cette affection menace sa carrière. Il confie que son deuxième album pourrait être le dernier en raison de cette maladie qui lui provoque une perte progressive de l’audition.
« Je me souviens de ma première crise. Je me suis réveillé et la pièce tournait, mais oreilles bourdonnaient, c »était terrifiant, ça venait de nulle part ». « C’est comme si la porte se refermait sur quelque chose que j’aimais – Je me sentais complètement impuissant « .
« Quand mon audition était vraiment mauvaise, je me suis enregistré en train de chanter, je pensais que c’était bien, mais j’ai écouté l’enregistrement des semaines plus tard, quand mon audition s’était améliorée. C’était la pire chose qui soit. »
Lors des tournées, la situation est plus délicate encore. « La tournée est assez difficile parce que vous ne dormez pas assez, vous buvez beaucoup, vous mangez tout le temps de la mauvaise nourriture ». Il est vraisemblable qu’une mauvaise hygiène de vie, le manque de sommeil, l’alcool sont des facteurs déclenchants ou favorisants des crises de Ménière.
Désormais, « je cours beaucoup, ce qui fait une énorme différence et j’essaie de ne pas boire autant d’alcool qu’avant ».
C’est une maladie qui s’aggrave avec le temps, mais Sivu est déterminé à rester positif. C’est si vrai qu’il sort un nouvel album. « Tant que je peux encore jouer de la musique, je vais le faire ».

Ryan Adams, maladie de Ménière

L’auteur compositeur et chanteur Ryan Adams est atteint d’une maladie de Ménière. Le chanteur du groupe Wonderwall a été diagnostiqué avec une maladie de Ménière il y a quelques années et ses problèmes auditifs ont conduit à l’annulation de ses tournées et à la rupture avec son groupe. A cette période, il annonçait son arrêt définitif de la scène. Il racontait au magazine Rolling Stone : « Je ne joue plus de musique et j’ai peur de jouer en direct, je me sens désabusé. Tout ce que je fais, c’est décevoir les gens, aussi je quitte la scène ».
Mais maintenant, il enregistre un nouvel album et espère que ce sera le meilleur.
Dans l’ensemble de ces derniers cas, malgré des périodes erratiques, difficiles, ces musiciens ont pu reprendre leur travail de musicien et enregistrer un disque.
Les maladies intercurrentes qui sont susceptibles de mettre en grande difficulté la carrière d’un musicien sont fréquentes. Si Médecine des Arts® est cette nouvelle spécialité qui s’intéresse aux affections liées à la pratique, ce n’est pas que cela, elle s’intéresse de manière tout à fait évidente aux artistes, musiciens, chanteurs, danseurs, afin de les aider dans ces périodes délicates où touchés par la maladie ils doivent aussi lutter pour reprendre leur pratique ou trouver une nouvelle voie.
Nous ne manquerons pas dans le futur de prendre des initiatives pour nous investir plus encore dans ce sens.

Lire la suite>

Publicités

Maria Callas: La cause de sa mort

thEWBI5J7PSi la carrière de Maria Callas a été exceptionnelle, elle fut relativement brève. Dès l’âge de 36 ans des difficultés vocales sont apparues et Maria Callas interrompra sa carrière vocale à l’âge de 40 ans. Maria Callas est morte à 53 ans et si différentes hypothèses ont été proposées, c’est celle d’une crise cardiaque qui a été retenue officiellement sans en spécifier la cause exacte.
Maria Anna Sofia Cecilia Kalogeropoulos est née le 2 décembre 1923 à New York. Ses parents étaient grecs et venaient d’arriver aux Etats-Unis quelques mois plus tôt. Son père était pharmacien.
Les biographes de Maria Callas ont régulièrement évoqué les relations difficiles de ses parents, sa jalousie de sa sœur aînée, les sentiments de ses parents qui n’avait d’yeux que pour sa sœur aîné, séduisante et parée de tous les atouts. « J’étais un vilain petit canard, grosse, maladroite et mal-aimée.»[« The Prima Donna » in Time Magazine, 29 octobre 1956]
Ces parents reviennent en Grèce, à Athènes, alors qu’elle est âgée de 13 ans. Maria Callas remporte une bourse d’études à la Royal Academy of Music. On la décrit alors comme une adolescente au physique massif, en surpoids mais avec déjà des capacités vocales et une interprétation hors du commun. Encore adolescente, à 15 ans, la jeune Maria Callas chante le rôle dramatique de Santuzza dans Cavalleria Rusticana. Maria Callas fera ses débuts quatre ans plus tard à l’Opéra d’Athènes.
Sa morphologie lui conférait une voix très sombre et, quand elle a commencé à apprendre le chant, elle avait un timbre qu’elle a qualifié de « presque noir ». [1. lettre musicien octobre 2017 N°347]
Sa voix était extrêmement puissante et à la fin de ses études vocales, sa tessiture était celle d’une soprano dramatique colorature « avec une extension d’une tierce mineure dans le grave et dans l’aigu, lui permettant de couvrir les tessitures de mezzo-soprano dramatique et de soprano lyrique colorature ».[1]
Les difficultés vocales de Maria Callas
A près de 40 ans, les difficultés vocales se feront ressentir. La soprano Renée Fleming émet une explication concernant ces problèmes vocaux : « J’ai ma propre explication au sujet de son déclin vocal. C’est plus en la regardant chanter qu’en l’écoutant que j’ai acquis la conviction que c’est son amaigrissement important et rapide qui est à incriminer. Ce n’est pas la perte de poids en elle-même… mais si quelqu’un se sert de son poids pour assurer son souffle et que ce poids diminue fortement, cette personne, si elle n’a pas développé une musculature de rechange, aura des problèmes de voix. Quelqu’un m’a dit que la manière dont Callas portait ses mains à son plexus lui permettait de « pousser » et par là même d’obtenir une sorte d’appui. Si elle avait interprété des rôles de soubrette, elle n’aurait pas connu de problème. Mais elle chantait les rôles les plus difficiles du répertoire, ceux qui nécessitent le plus de vigueur »

Lire la suite>

Colonne vertébrale, le mât du navire

colonne-vertebrale-11[1]Apparentée à un tuteur par certains, au mât d’un Navire par d’autres, la colonne vertébrale, encore appelée rachis, peut être également comparée à un bambou flexible pouvant se plier dans toutes les directions.

Le dos est la partie du corps qui va de la nuque au bassin, de chaque côté de la colonne vertébrale (ou rachis) qui soutient le thorax (les côtes) et la tête et protège la moelle épinière.
Support, raidisseurs, quel que soit le qualificatif utilisé, aucun ne donnera de notre colonne vertébrale une vision suffisamment explicite de la fonction et du rôle vital qu’elle joue.

Tous les muscles antérieurs et postérieurs de notre tronc s’y insèrent et constituent, avec la cage thoracique, un véritable bouclier protecteur de l’ensemble de nos organes.

La colonne vertébrale et la cage thoracique cumulent de nombreuses fonctions dont deux principales :
le couple muscle-rachis nous permet tous les mouvements de flexion, d’extension, de rotation indispensables à notre mobilité
la colonne protège la moelle épinière.
Celle-ci, longue tige cylindrique, assure la transmission nerveuse entre le cerveau et la moindre cellule de notre corps.
Pour bien comprendre le rôle que joue la colonne vertébrale dans l’apparition de douleurs parfois invalidantes, une petite étude descriptive nous semble nécessaire.

Notre dos est un assemblage complexe de tissus vivants qui assure la protection des plus importantes fibres nerveuses de notre corps, la moelle épinière.
Dans la colonne vertébrale, os et cartilages s’articulent souplement, maintenus en place par un dense réseau de ligaments, de muscles et de tendons, qui lui confèrent robustesse et souplesse.
Sur le seul plan mécanique, cet agencement est une merveille de précision ; cependant, ce sont ces qualités mêmes qui rendent notre dos vulnérable à divers types de traumatismes.
Ce chapitre détaille le fonctionnement des divers éléments du dos et s’intéresse également aux différents modes de transmission de la douleur.

Maux de dos

Appuyez le son sur la solidité du bassin

ob_61ddf4_appui-osseux[1]Pour acquérir cette fameuse rondeur votre professeur ou votre chef de choeur vous demande de maintenir votre diaphragme abaissé, d’ouvrir la gorge, de maintenir votre larynx en position inspiratoire. Vous n’y arrivez pas, vous trouvez cela tellement compliqué, bien trop fatigant?
Je vous livre un truc d’anatomiste ; appuyez le son sur la solidité de votre bassin!
Le bassin est constitué d’un petit bassin sur lequel se déploie le grand bassin. Pour les représenter de manière synthétique, j’ai posé une grande coupelle sur une coupelle plus petite.Les fémurs s’articulent à la jonction entre les deux bassins. C’est à ce niveau que se situe le pli de l’aine. La tête du fémur se trouve donc à hauteur du pli de l’aine. Visualisez cette articulation. Oui, c’est la hanche! On n’a pas l »habitude de l’imaginer si bas et si interieure, n’est-ce pas?
Quand votre image osseuse est devenue claire, chantez en agissant comme si vous appuyiez le son sur vos têtes fémorales à la jonction des deux bassin.

Marie Hutois

Respiration vue de l’intérieur

Sarah Willis (Corniste à l’Orchestre Philharmonique de Berlin) a joué du cor naturel dans la chambre d’un IRM. Grâce à l’imagerie médicale, on peut voir les déplacements des organes de l’intérieur. J’ai sélectionné la partie de la vidéo qui concerne l’appui et le soutien du souffle:

https://drive.google.com/file/d/1-Mlbh0VQCs5AWxZcHh805HgvJc0MHUeu/view

Les vergetures des cordes vocales

chant-vergeture-550[1]Le terme de sulcus a été utilisé dès le début du siècle dernier pour désigner une lésion observée en laryngoscopie indirecte sous la forme d’un sillon blanchâtre situé parallèlement au bord libre de la corde vocale. La nosologie de ces lésions a été clarifiée par Cornut et Bouchayer [[Bouchayer M, Cornut G. Microsurgical treatment of benign vocal fold lesions: indications, techniques, results. Folia Phoniatr (Basel) 44 : 155-184, 1992.]], Pour ces deux auteurs, il existe deux entités anatomiques différentes et ils introduiront les notions de sillon étroit pour le sulcus glottidis, et sillon large pour les vergetures.
Qu’est-ce qu’une vergeture des cordes vocales ?
C’est par similitude avec la lésion cutanée de même nom que ce terme a été attribué au sillon large des cordes vocales.
Que sont les vergetures des cordes vocales ?
Uni ou bilatérales, les vergetures correspondent à des sulci (voir Sulcus glottidis) (Chalabreysse et al., 1999) plus larges et plus profonds.
Ce sont des sillons larges (plus d’un millimètre de hauteur n’est pas rare) et longs qui se situe quasiment tout le long de la corde vocale. « L’atrophie est telle que le bord libre cordal apparaît concave et sévèrement arqué » Finck.
Vergeture (Garel 1920) désigne un aspect de sillon atrophique plus ou moins étendu au niveau du bord libre de la corde vocale, donnant à cette dernière une allure arquée. La berge inférieure de ce sillon comporte souvent une bride fibreuse sous-muqueuse tendue et rigide, alors que la berge supérieure est plus souple. La muqueuse tapissant le fond de la vergeture est très mince et atrophique, et adhère intimement en profondeur au ligament vocal sur lequel elle ne peut plus coulisser.

Comment se présentent les vergetures ?
Elles sont en forme de tranche d’agrume. Le fond est une muqueuse très atrophique, sans sous-muqueuse, si bien qu’elle adhère au ligament élastique dont les fibres sont parfois visibles.
Les vergetures sont situées le long du bord libre de la corde vocale. La berge inférieure est saillante et tendue, bridant le bord à sa partie inférieure. La berge supérieure est plus plate, suivant le bord libre.
Il y a toujours un amincissement du ligament élastique, atrophique.
Les vergetures sont presque toujours bilatérales, par forcément symétriques. Elles suppriment toute souplesse au bord libre des cordes vocales qui devient très rigide et concave. Elles sont à l’origine de la plupart des glottes ovalaires.
« Comme pour les kystes épidermoïdes, la physiopathologie de ces lésions peut être congénitale (Garcia Martins RH, 2007) ou acquise. L’excès vocal, à l’origine d’une destruction progressive de la couche superficielle de la lamina propria, est la cause la plus communément acceptée aujourd’hui (Bastian RW, 1998). » Finck
Comment se manifestent vocalement les vergetures?
On retrouve une dysphonie plus ou moins importance selon la béance glottique et l’efficacité de la vibration des cordes vocales. Le timbre est soufflé, serré, plus ou moins rauque. La voix est souvent un peu décalée dans l’aigu, le timbre couvert, étouffé.
« L’altération vocale est plus sévère que dans les sulci (Ford, 1999). » Finck
Examen complémentaire
« L’examen vidéo-stroboscopique montre un aspect concave et arqué du bord libre dont le mouvement vibratoire peut être nul. La fermeture glottique phonatoire est déficitaire, le coulage aérien est ovalaire. » Fink Il existe une fuite d’air en phonation.
Thérapeutique
Le choix thérapeutique doit être prudent et se construire au sein d’une équipe pluridisciplinaire. La stratégie dépendra des attentes du patient, de l’impact des lésions sur la voix.

Article Médecine des Arts-Musique

Etirements façon Tibétaines

Parmi les mouvements dont je m’inspire pour ceux de mes cours voici

les 5 rites Tibétains.

%d blogueurs aiment cette page :