Névralgie d’Arnold

 

arnoldite[1]Assez handicapante pour les chanteurs, la névralgie d’Arnold prend sa source au niveau de C2, vertèbre qu’il est difficile de ne pas solliciter pour le chant. Cette irritation du nerf, faisant souvent suite à un coup du lapin, peut intervenir 15 ou 20 ans après le choc. Entre la sollicitation des vertèbres concernées et les vibrations qui se dégagent lors du chant dans toute la boite crânienne, les douleurs peuvent devenir intolérables.  Elles peuvent irradiées au niveau des sinus, des jointures des mâchoires, du front.. Ci-dessous vous trouverez toutes les explications sur cette névralgie. La guérison est lente et longue mais pas impossible. Les solutions sont multiples et complémentaires.

Le nerf  » d’Arnold  » est un nerf bilatéral et volumineux, formé par la branche postérieure de la deuxième racine cervicale (C2). Il innerve les muscles profonds du cou et agit à deux niveaux : sur le plan moteur (mobilité du cou) et sur le plan sensitif (permet de sentir le cuir chevelu).

Définition

La névralgie d’Arnold est une neuropathie périphérique (atteinte d’un nerf périphérique). Elle est également appelée arnoldalgie ou névralgie du nerf grand occipital. La manifestation la plus courante (voir le tableau plus bas) est une douleur vive, localisée ou irradiante.

La localisation et la description des douleurs à type de brûlures ou de décharges électriques permettent de suspecter fortement le diagnostic, et un examen d’imagerie par scanner ou IRM cervicale confirme le diagnostic. Les douleurs sont chroniques et relativement handicapantes et la prise en charge est difficile et discutée. Des infiltrations de corticoïdes et une prise en charge rééducative par un kinésithérapeute soulagent généralement le patient au moins transitoirement.

Causes

Comme toutes les névralgies, cette pathologie peut survenir de manière spontanée ou provoquée. Les traumatismes au niveau cervical suite à une chute, ou un accident de la route par exemple, sont souvent en cause dans la névralgie d’Arnold. Parmi les causes locales de cette pathologie citons le blocage d’une vertèbre cervicale, des lésions à la base du crâne, un rhumatisme ou une maladie de la moëlle épinière (rarement) connue sous le nom de Syringomyélie.

ob_ab8113_img-3679[1]

Symptômes

La douleur est l’une des principales manifestations de l’arnoldalgie. Elle est localisée à la face postérieure de la nuque. Elle est particulièrement vive (sensations de brûlures), aux mouvements du cou. Elle peut être sporadique ou continue. Elle irradie souvent de la charnière cervico-occipitale jusqu’à la région frontale. Elle peut être déclenchée par contact (pression du doigt). Une sensibilité du cuir chevelu et des céphalées peuvent survenir.

Traitements

Parmi les traitements proposés, citons les infiltrations de cortisone afin d’atténuer les symptômes douloureux, la rééducation du rachis cervical. Des séances d’ostéopathie et de mésothérapie sont parfois conseillées mais doivent être effectuées par des professionnels compétents.

Notes personnelles: On peut obtenir de bons résultats avec l’acupuncture. Veillez à prendre des cours de chant avec un professeur qui connaisse bien le problème.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s