Œdème de Reinke des cordes vocales

Oedème de Reinke, qu’est-ce que c’est ?
Pseudo-myxome, laryngite pseudo-myxomateuse, œdème chronique des plis vocaux, dégénérescence polypoïde.
Qu’est-ce qu’un œdème de Reinke ?
L’espace de Reinke est situé dans la corde vocale ; il s’agit d’un espace fait d’un tissu lâche et visqueux, c’est une zone de glissement qui permet à la corde de vibrer correctement.
Il s’agit d’un épaississement muqueux, translucide qui s’étend de la commissure antérieure à l’apophyse vocale. Il est limité et contenu dans l’espace de Reinke. L’épithélium est aminci car distendu par la masse. Si l’œdème est trop volumineux, il déborde le bord libre, pouvant aller jusqu’à obstruer l’orifice glottique.
Quelle est l’origine d’un œdème de Reinke ?
C’est un trouble d’installation chronique et insidieuse.
Il s’agit d’une forme particulière de laryngite chronique en lien avec une consommation excessive du tabac ou d’alcool associée à une laryngopathie fonctionnelle et au malmenage vocal. « Cette laryngite chronique associe selon Cornut [edit Symétrie] une atrophie plus ou moins marquée de la muqueuse des cordes vocales avec un état d’inflammation de surface et œdème du chorium avec accumulation dans l’espace de Reinke d’une substance gélatineuse dite « myxoïde » distendant la muqueuse à la face supérieure ou au niveau du bord libre. »
Il existe plusieurs stades évolutifs de l’œdème de Reinke. La lésion débute par une laryngite exsudative prolongée. Puis l’œdème évolue pour donner le stade I, puis le stade II pour aboutir au type III, véritable ballonnement des cordes vocales. Il s’y associe souvent une cordite vasculaire. Cette évolution est bénigne et n’évolue que rarement en cancer dans 2 ou 3 % des cas.
Le reflux gastro-oesophagien et les allergies, l’hypothyroïdie, des changements hormonaux représentent des facteurs de risque.
Les causes de l’œdème de Reinke
L’étiologie majeure de cette lésion est essentiellement le tabac et l’alcool qui lui sont souvent associés. Les autres facteurs sont le malmenage vocal. Un mauvais état rhinosinusien d’origine infectieuse ou allergique est souvent retrouvé.

Comment se manifeste vocalement l’œdème de Reinke ?
Il se manifeste par une modification de la voix, une dysphonie typique avec chute dans les graves, des aigus difficiles et de nombreux sauts de registre. La voix est aggravée le matin : elle doit se mettre en marche, chauffer.
L’œdème de Reinke apparaît généralement vers 45-50 ans, ou devient gênant à cet âge-là.
La voix est abaissée, les sons étouffés et rauques. On observe un changement de registre. On entend aussi un hemmage et des bruits inspiratoires. Cela donne le timbre typique du fumeur avec une fatigabilité vocale.
Les signes sont peu marqués par ailleurs.
C’est une laryngite chronique caractérisée par une accumulation de mucus au niveau des cordes vocales du larynx.
Altérations acoustiques
La voix est tout à fait caractéristique. Le timbre est « gras », vibrant, abaissé » (Brin et al., 2004), éraillé. L’abaissement de la hauteur tonale est particulièrement significatif chez la femme.
Quels sont les examens complémentaires ?
Examen au miroir : on voit un œdème des deux cordes vocales qui les rend asymétriques. Il atteint la face supérieure des cordes, au niveau des 2/3 antérieurs.
Stroboscopie : les cordes vocales sont alourdies par l’œdème de l’espace de Reinke,
En phonation : les ondulations du bord libre des plis vocaux dues aux masses oedémateuses sont bien mises en évidence. On observe des « phénomènes ondulatoires amples, asymétriques et des décalages de phases d’un côté par rapport à l’autre » (Le Huche et al., 2001, p. 96).
Signes laryngés : irrégularités vibratoires dues à la mobilisation anarchique des franges oedémateuses.
La fermeture glottique est souvent incomplète.
A l’examen vidéo-stroboscopique, la glotte est difficilement reconnaissable car la muqueuse est boursouflée avec un aspect en vessie natatoire. Les cordes vocales alourdies vibrent moins bien en phonation.

Le traitement pose un problème de fond pour le patient acteur ou chanteur et pour le thérapeute. Le traitement va modifier la voix en la corrigeant certes par rapport aux notions habituelles de normalité, mais cette modification peut avoir des conséquences sur la couleur vocale, sur le timbre, la hauteur vocale et donc sur l’activité de l’artiste.
Le thérapeute se trouve dans la situation, d’une part, de protéger la personne vis-à-vis des risques d’une évolution défavorable de l’œdème de Reinke, et d’autre part, de l’intoxication tabagique et ses effets particulièrement délétères sur la santé.
Dans ces situations, l’information doit être précise afin que la décision de l’artiste soit éclairée.
Le traitement médical repose sur l’arrêt des toxiques, tabac et alcool, et du mésusage vocal éventuellement, forçage vocal par exemple.
Le traitement chirurgical peut s’imposer par exemple si le pseudo-myxome est important et entraîne une gêne significative et plus encore s’il obstrue l’orifice glottique.
Pour Benzaquen, « au niveau de la voix, cela donne le timbre typique du fumeur, rauque, grave, parfois sensuel, parfois tellement chargé de mucosités.
En soi on peut vivre avec, certains même le recherchent afin de garder un timbre grave et rocailleux. On a même vu des gens fumer après avoir été fraichement opérés ! Ils trouvaient leur timbre de voix insupportable et ne leur ressemblant plus. La muqueuse a alors vite fait de reproduire sa pathologie.»
Pour J. Abitbol : « En effet, si l’opération est réussie, la voix sera féminisée. Le caractère viril accentué sera diminué pour l’homme. Cela peut être un handicap dans des carrières de comédiens où la voix est typée ou encore où la voix est un élément servant à convaincre, comme au barreau par exemple. On cite ainsi l’exemple caricatural de l’avocate à laquelle l’intervention avait rendu une voix excellente, mais tout à fait féminine qui n’impressionnait plus guère dans les tribunaux. L’avocate s’était aussitôt remise à fumer plusieurs paquets de cigarettes par jour pour retrouver son timbre ancien, plus grave et par le fait même plus impressionnant.
Outre la dysphonie, les autres indications opératoires sont les oedèmes de Reinke de type III induisant une gêne respiratoire, voire une asphyxie.
Le traitement médical isolé ne s’adresse qu’aux formes mineures, en fait essentiellement à la laryngite exsudative prolongée avant l’apparition de la fibrose. L’arrêt du tabac est absolument nécessaire.»
L’orthophonie est souhaitable en cas de malmenage vocal. On traitera les affections des VADS, qu’elles soient allergiques ou infectieuses (antibiothérapie, corticothérapie, vaccinothérapie, crenothérapie).
Après une intervention, la rééducation orthophonique s’impose après une période de repos vocal. Une voix satisfaisante réapparaît en général après trois semaines à un mois.

Rédacteur Docteur Arcier, président fondateur de Médecine des arts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s